Aphtes

Pharmacie de la Gare

Nos conseils

Aphtes : une solution simple, naturelle et très efficace

Près de 20% de la population souffre de ces ulcères buccaux très douloureux que l’on appelle aphtes. Ils guérissent en principe spontanément en 7 à 14 jours. Mais avec un produit qui se trouve dans votre cuisine, on peut les faire disparaître en un jour dans 92% des cas…

Ce remède, connu des Chinois, des Egyptiens et d’Hippocrate, c’est le miel. Depuis des millénaires, il est utilisé avec succès pour les blessures, les brûlures et… les aphtes. Plusieurs études ont montré récemment l’efficacité du miel, comparé à d’autres produits, pour guérir les aphtes.

Appliquer du miel standard avec un coton-tige, 3 fois par jour, après les repas, supprime totalement la douleur des aphtes et réduit leur taille de moitié en un jour seulement dans la plupart des cas. D’autres produits naturels, comme l’extrait de camomille ou l’huile essentielle de lavande à 2% dans de la glycérine agissent aussi, mais moins bien.

Rappelons que les aphtes peuvent provenir d’une blessure, en se mordant la joue, ou si on « glisse » avec sa brosse à dents, ou à cause d’une prothèse dentaire. Le stress peut aussi être responsable de leur apparition, tout comme une allergie ou une sensibilité aux noix, au fromage ou à certains aliments acides.

Enfin, une infection, certains médicaments, des carences en vitamine B12 ou en zinc et des changements hormonaux peuvent aussi favoriser l’apparition des aphtes. S’ils sont récurrents et même si le miel les supprime à chaque fois, il faut consulter un médecin car un examen approfondi est indiqué.

A la Pharmacie de la Gare, nous vous aidons à prendre soin de votre santé.

Les nouvelles vertus de l’échinacée

Pharmacie de la Gare

Nos conseils

Les nouvelles vertus de l’échinacée

On prête de nombreux bienfaits à l’échinacée, cette plante originaire des plaines de l’Amérique du Nord, qui pousse dans nos jardins. Qu’en est-il vraiment ? Le point sur les dernières recherches.

Vers la fin des années 1800, l’échinacée est l’une des plantes médicinales les plus employées en Amérique du Nord. Les Amérindiens l’utilisent depuis un siècle au moins contre les infections des voies respiratoires et les morsures de serpent. Les colons européens l’ont adoptée à leur tour pour de nombreux troubles, pour eux-mêmes et pour leur bétail.Puis, durant presque tout le XXe siècle, l’Amérique du Nord se désintéresse de l’usage médicinal de l’échinacée pour se tourner vers les antibiotiques. En Europe, en revanche, des recherches pointues sont menées sur ses propriétés grâce à sa redécouverte par des médecins allemands vers 1920 et à l’introduction de sa culture en Europe. Il faudra attendre la fin des années 1990 pour que l’échinacée connaisse un regain d’intérêt aux Etats-Unis, généré par la découverte des résistances bactériennes aux antibiotiques.
Trois des neuf espèces d’échinacée existantes sont cultivées comme plantes ornementales dans les jardins, mais sont aussi connues en herboristerie pour leurs vertus médicinales : Echinacea angustifolia, Echinacea purpurea et Echinacea pallida. Les parties utilisées dépendent des espèces : racine, parties aériennes ou plante entière.

Effets

Jusque dans les années 1990, l’échinacée avait la réputation de stimuler le système immunitaire et d’augmenter la résistance à certaines infections comme la grippe, la rhinite et la bronchite. Elle est d’ailleurs très populaire en Allemagne, où elle est utilisée comme traitement de support lors d’infections des voies respiratoires ou urinaires. Reste que les études cliniques démontrant les bienfaits de son utilisation contre le rhume, la grippe, les bronchites ou d’autres affections des voies respiratoires ne sont pas toutes unanimes. En revanche, des recherches plus récentes suggèrent que, au lieu de prévenir le rhume, l’échinacée pourrait le traiter en en réduisant la durée et la gravité.

Contre-indications

L’avis d’un professionnel de la santé s’impose avant toute prise. D’une part, parce que l’automédication peut faire passer à côté d’une infection grave. De l’autre, parce que son usage est déconseillé en cas de maladies telles que la tuberculose, la leucose,
la sclérose en plaques, le sida et/ou une infection au VIH, le lupus, l’arthrite rhumatoïde et chez les personnes diabétiques. Sans avis médical, elle est également déconseillée au-dessous de 6 ans et chez les femmes enceintes ou qui allaitent. Enfin, les personnes souffrant d’asthme ou d’allergies sont susceptibles d’être allergiques aux échinacées.
L’échinacée ne dispense pas d’antibiotiques et d’autres agents anti-infectieux et il est déconseillé d’en prendre pendant plus de huit semaines. Le risque est d’obtenir l’effet contraire à celui recherché, c’est-à-dire une fragilisation des défenses immunitaires à long terme.
Les remèdes à base d’échinacée se trouvent sous forme de capsules, teintures, ampoules, pastilles, sirops.

Aromathérapie: une approche puissante

Pharmacie de la Gare

Nos conseils

Aromathérapie: une approche puissante

L’aromathérapie, c’est l’art de soigner en utilisant les huiles essentielles extraites des plantes. Cette branche de l’ayurvéda, la médecine indienne holistique, est à la fois préventive et curative. Elle est très appréciée des naturopathes.

Les êtres humains connaissent depuis la nuit des temps les vertus médicinales des plantes. Mais il a fallu attendre l’invention de la distillation et de l’extraction pour en découvrir les extraits aromatiques, ou huiles essentielles. L’âme de la plante, en quelque sorte.

A partir du XIXe, les chercheurs parviennent à isoler et classifier les principes actifs des molécules odoriférantes. Une étape indispensable pour pouvoir les utiliser de manière spécifique. La tâche n’est pas simple: une huile essentielle contient parfois des centaines de sortes de molécules, et chacune a des propriétés particulières: antiseptique, bactéricide, immunostimulante ou décongestionnante pour ne citer qu’elles. C’est donc une approche de choix, mais elle ne fait pas toujours le poids face aux médicaments désormais produits industriellement. Seules la parfumerie et la cosmétique continuent à l’utiliser.

En 1928, un chimiste français du nom de René-Maurice Gattefossé les redécouvre et étudie leurs propriétés thérapeutiques. Il crée le terme «aromathérapie» qui désigne l’utilisation médicale des extraits aromatiques de plantes. Il se plonge dans l’écriture d’un traité intitulé Aromathérapie: les huiles essentielles, hormones végétales, dans lequel il démontre comment les huiles essentielles peuvent pénétrer dans la peau pour arriver aux organes vitaux.

Chaque huile essentielle a ses particularités et sa personnalité propre, mais leur point commun est d’avoir un effet direct sur notre psychisme et notre physique en agissant à travers le toucher, le goût et l’odorat. Ce dernier est un vecteur très rapide puisqu’il faut moins de deux secondes pour que le signal parvienne au cerveau!

Les effets toniques ou relaxants de certaines huiles essentielles ont déjà été prouvés. L’analyse des ondes cérébrales indique que certains parfums induisent des ondes caractéristiques du calme, d’autres celles de la stimulation, de la vitalité et de l’énergie, d’autres encore apaisent les douleurs. Les recherches sur des applications plus amples n’en sont qu’à leurs débuts, mais semblent très prometteurs.

De quelle manière peut-on utiliser les huiles essentielles?

Par exemple, en les diffusant ou en les inhalant. Dans le cadre d’un massage, il faut diluer 3% à 5% d’huiles essentielles dans de l’huile végétale 100% naturelle et de première pression à froid. On peut aussi les utiliser pures sur la peau, mais il faut tenir compte des différentes contre-indications. Enfin, dans le bain, en les diluant toujours dans du miel, de la crème, du lait ou du sel marin.

Quels effets peut-on en attendre?

Les huiles essentielles agissent sur la plupart des maux du quotidien! On peut citer le stress, la déprime, les problèmes de sommeil, respiratoires, articulaires et les pathologies chroniques. Elles sont également utilisées en complément à des traitements allopathiques, par exemple pour en diminuer les effets secondaires.

Y a-t-il des contre-indications?

Oui, c’est une approche naturelle très puissante qui comporte des risques à ne pas sous-estimer. L’automédication sans connaissance peut être dangereuse. Certaines huiles essentielles sont dermocaustiques, d’autres, comme les phénols et les cétones, peuvent être toxiques pour les bébés, les enfants et les femmes enceintes. Il est donc vraiment important de s’informer auprès de personnes compétentes, de respecter les dosages et de ne les utiliser qu’en fonction de nos connaissances.

Quels sont les critères de qualité d’une huile essentielle?

Elles doivent être 100% pures et naturelles, de culture bio ou sauvage, vendues dans des flacons opaques avec mention du nom botanique, de la partie utilisée et de son origine. Chaque huile essentielle est complètement définie par une chromatographie en phase gazeuse, ce qui peut expliquer leur prix.

Aromathérapie: un exemple de pharmacie de base proposée

BASILIC INDIEN Ocimum basilicum à linalol basilicum
Equilibrant du système nerveux, calme les angoisses, apaise les douleurs, les ballonnements, favorise la concentration et la mémoire.

CAMOMILLE ROMAINE Chamoaemelum nobile
Antiallergique, antihistaminique, anti-inflammatoire, antispasmodique, sédative.

CANNELLE DE CHINE Cinnamomum cassia
Antibactérienne, antivirale (grippe intestinale, turista). A utiliser en prévention lors de voyages.
 Dermocaustique

CISTE Cistus ladaniferus
Stoppe l’écoulement du sang en cas de coupure ou de saignement de nez.

ÉPINETTE NOIRE Picea mariana
Tonique puissant, il combat la fatigue et stimule très fortement le système immunitaire. Il facilite la respiration et détoxique les voies respiratoires. C’est un anti-inflammatoire majeur, à utiliser avant un effort sportif.

EUCALYPTUS CITRIODORA
Anti-inflammatoire majeur, antalgique, antirhumatismal, très bien toléré.

EUCALYPTUS RADIATA
Antigrippal, contre les refroidissements, problèmes respiratoires, dès les premiers picotements. Désinfecte l’atmosphère.

GINGEMBRE  Zinziber officinalis
Contre tout refroidissement, en cas de grippe, migraine, indigestion, constipation. Excellent contre les mycoses.

IMMORTELLE Helychrisum italicum
Résorbe les hématomes, décongestionnant veineux et lymphatique, cicatrisant.
Ne pas utiliser chez les enfants de moins de 3 ans

LAVANDE ASPIC Lavandula latifolia
Excellent remède contre les brûlures, piqûres d’insectes, coups de soleil, acné, démangeaisons.

MENTHE POIVRÉE Mentha piperita
Effet antalgique puissant contre les douleurs, maux de tête, indigestion, maux de voyage.
Jamais sur les enfants de moins de 4 ans

TEA TREE  Melaleuca alternifolia
Excellent antiviral, antibactérien, antifongique. Mal de gorge, courbatures, antigrippe, renforce les gencives, mycose, aphte. Sans aucune contre-indication.

La naturopathie au secours des allergiques

Pharmacie de la Gare

Nos conseils

La naturopathie au secours des allergiques

Définie par l’OMS comme la «médecine traditionnelle occidentale», la naturopathie dispose d’un large éventail d’approches pour prévenir et soigner les allergies. Elle cherche aussi à aller plus loin en trouvant la cause de la maladie.

Pour les naturopathes, rechercher les causes de la maladie pour les soigner est plus important que de faire taire les symptômes. Ils suivent en cela le précepte d’Hippocrate, le père de la médecine, qui professait: «Recherchez la cause et traitez-la, recherchez la cause de la cause et traitez-la,

»La naturopathie respecte la voie naturelle de guérison de chacun. Par des moyens naturels de détoxication, de régénération et de stabilisation, la naturopathie va agir sur les causes de façon énergétique ou physique, afin de les éliminer et de permettre à l’organisme de se rééquilibrer en libérant l’action du système immunitaire. L’énergie vitale circule librement dans l’organisme lorsqu’une personne est en bonne santé. En revanche, tout déséquilibre environnemental ou émotionnel, un excès alimentaire ou un traumatisme, peut provoquer un «embouteillage» avec des vides, des ralentissements ou des trop-pleins d’énergie qui se manifestent par des symptômes comme des douleurs, des éternuements, des insomnies.»

La naturopathie tire ses principes de base de l’observation des phénomènes de la nature, aussi bien des animaux que des plantes et des minéraux. Elle part du principe que l’organisme peut s’autoguérir, mais, lorsqu’il est trop affaibli, il faut l’aider à se remettre grâce à des moyens naturels. Son but est d’atteindre «une sensation de bien-être, à la fois physique et psychique», la définition même de la santé selon l’OMS. Pour cela, elle dispose de nombreuses approches, telles que l’iridologie, la phytothérapie, l’aromathérapie, l’olfactothérapie, la relaxation, l’hygiène alimentaire, le drainage lymphatique, le massage, la réflexologie ou l’aromathérapie pour ne citer qu’elles.

Une démarche holistique

Tout à la fois préventive et éducative, la naturopathie est surtout une approche globale. Elle tient compte du fait que nous ne sommes pas seulement composés d’un corps physique, mais aussi d’énergie, d’instincts, d’émotions, de pensées et de spiritualité.

Lors d’une séance chez un naturopathe, une large place est réservée au questionnement, comme l’explique Carmen Leite : «Prenons l’exemple d’une allergie courante, comme une rhinite. Les questions que je vais poser concerneront les traitements déjà suivis et leur résultat; le moment de la journée où les symptômes sont les plus présents; le type de rhinite, sèche ou non. Je vais aussi chercher la présence d’excès ou de déficiences en énergie. J’observe les réactions physiques, la manière dont l’organisme réagit. Est-ce plutôt dans le trop ou le pas assez ? Je touche l’endroit douloureux, j’observe la langue, la sensibilité au chaud et au froid. J’interroge aussi la personne sur ses habitudes alimentaires, son hygiène de vie, son sommeil, son transit intestinal, lui demande si elle boit beaucoup ou peu.»

Si les questions sur les intestins – alors que l’on consulte pour un nez qui coule – peuvent dérouter le néophyte, elles n’en demeurent pas moins essentielles pour le praticien. «Les allergies sont un problème complexe. Ce questionnement me donne des repères. Il n’y a pas de recette unique, applicable à tous. Ce sont les réponses du patient qui vont déterminer le type de traitement dont il a besoin. Deux personnes qui présentent le même symptôme, une rhinite qui coule, n’auront pas le même traitement, parce que leur histoire est différente.»

En matière d’allergies, il faut aussi considérer ce qu’on peut faire immédiatement pour soulager la personne et ce qui peut être entrepris sur le plus long terme. Egalement praticienne en médecine traditionnelle chinoise (MTC), Carmen Leite affiche sa préférence pour l’acupuncture dans les cas aigus. «La MTC considère que les allergies ont pour origine une baisse de l’énergie défense de l’organisme. Les aiguilles sont donc particulièrement efficaces puisqu’elles permettent de disperser l’énergie là où elle est bloquée, de la stimuler là où elle est en déficit.» Puis, une fois l’état de crise passé, place au traitement de fond sur le plus long terme. Il est élaboré sur mesure, en tenant compte aussi des aspects sensoriels et émotionnels de la personne.

«Le but du traitement est d’éviter la chronicisation des allergies, souligne encore la naturopathe. Et, dans la mesure où l’ancienneté de la maladie brouille les pistes, plus on intervient tôt, mieux c’est. Une rhinite se soigne mieux et plus vite qu’une sinusite.»

Les médecines naturelles à la Pharmacie de la Gare

Le fait que les remèdes soient naturels ne signifie pas pour autant qu’ils sont inoffensifs. Mal dosés ou utilisés à mauvais escient, ils peuvent être nocifs et provoquer des troubles sévères. Prendre conseil auprès d’un spécialiste est donc vivement recommandé. Les médecines naturelles ne prétendent, par ailleurs, ni tout soigner ni se substituer à la médecine allopathique.

Les Fleurs de Bach

La relation entre allergies et état émotionnel a été faite depuis longtemps, notamment  par le Dr Edward Bach. Afin de rétablir un certain équilibre dans le désordre émotionnel, il a mis au point les fameux 38 élixirs floraux harmonisants qui portent son nom.

L’aromathérapie

Les huiles essentielles pouvant elles-mêmes être allergisantes, il est bon de prendre conseil avant de s’en servir. Elles permettent de renforcer et de stimuler les systèmes de défenses naturelles, traiter les pathologies, améliorer la santé et le bien-être. Des huiles essentielles antiallergiques, anti-inflammatoires et antispasmodiques comme l’estragon, la camomille romaine et la camomille bleue peuvent être d’un grand secours dès les premiers symptômes. En diluer quelques gouttes dans une huile végétale et appliquer au niveau du plexus solaire et des ailes du nez. En cas de crise, déposer quelques gouttes d’huiles essentielles pures sur un mouchoir en papier et inhaler.

L’homéopathie

Elle permet d’éviter l’apparition des différents symptômes de l’allergie, peut soulager une crise et, en traitement de fond, permet de se débarrasser des troubles en renforçant l’immunité à long terme. La prise, avant la saison pollinique, de granules homéopathiques fabriquées à partir des agents allergisants dilués renforce l’organisme et l’aide à affronter et à neutraliser l’invasion des allergènes. Votre pharmacien pourra aussi vous conseiller des produits permettant de couvrir la majorité des allergies polliniques.

L’oligothérapie

Elle vise avant tout à rééquilibrer l’organisme et à améliorer son fonctionnement général grâce à l’utilisation de minéraux et de métaux qui interviennent en très petites quantités dans les fonctions et échanges biologiques de l’organisme. Ils permettent de conserver son bon équilibre et ont montré une efficacité dans diverses pathologies, tout particulièrement fonctionnelles. Ils renforcent les défenses de l’organisme contre les infections et aident à diminuer les réactions allergiques.

La phytothérapie

L’art de soigner avec les plantes est sans conteste la médecine la plus ancienne du monde, mais elle n’est pas adaptée aux allergies très fortes. Une cure d’Echinacea, déconseillée aux femmes enceintes, permet de renforcer les défenses immunitaires. Les crèmes contenant de l’hamamélis ou de la camomille soulagent les inflammations de la peau et les démangeaisons.

Découvrir le massage métamorphique

Pharmacie de la Gare

Nos conseils

Découvrir le massage métamorphique

Cette approche à la fois physique et énergétique s’adresse à toutes les personnes qui souffrent d’un mal-être psychique ou physique et désirent un mieux-être.

Qu’est-ce que le message métamorphique ?

C’est un massage très doux des pieds, des mains et de la tête élaboré par Robert Saint John, un réflexologue et naturopathe britannique qui s’occupait d’enfants autistes et trisomiques dans les années 1960. Il a constaté que le massage des pieds leur amenait un indéniable mieux-être, comme si cela les libérait sur les plans psychique et physique. Il a alors fait le lien entre ses observations et celles de la médecine chinoise sur les influences prénatales de la mère sur le fœtus. Il a découvert qu’on pouvait créer des changements favorables et considérables en exerçant un léger toucher sur l’arcade osseuse intérieure du pied. C’est là que sont inscrits les neuf mois de vie intra-utérine, ceux pendant lesquels les structures physiques, mentales et émotionnelles se mettent en place. Il a ensuite développé le même schéma pour les mains et la tête.

Quelle est la philosophie de la métamorphose ?

En nous reconnectant à notre période prénatale et en travaillant sur les plans physique et subtil, le massage vise à nous «nettoyer» de nos anciennes mémoires, de notre histoire, de ce qui a façonné notre personnalité et nous a bloqués au point d’en devenir parfois malades.

Que peut-on en attendre ?

Le massage offre un bien-être physique immédiat, mais c’est aussi une technique de développement personnel qui permet de s’éveiller à soi et d’aller vers un changement, de retrouver sa force de vie, son identité, son indépendance. Il aide la chenille qui est en nous à se métamorphoser en papillon en coupant un à un tous les fils de l’attachement, de la sensiblerie, de l’ego et de la souffrance qui nous ligotent, nous engluent et nous jettent dans un brouhaha intérieur permanent ! L’énergie qui était bloquée va circuler alors plus librement et dans une plus grande amplitude. Peu à peu, un réel bien-être et un relâchement des tensions physiques et mentales s’installeront. Nous allons retrouver la pensée juste, le geste juste, la parole juste, vécus sans résistance. Tout comme la chenille se métamorphose en papillon et ouvre librement ses ailes par un bel après-midi ensoleillé, nous allons déployer nos ailes et exprimer la joie profonde de l’enfant qui sommeille en nous.

Qui peut en bénéficier ?

Tout le monde, des enfants qui ont des troubles du sommeil aux personnes âgées en passant par celles et ceux qui souffrent de douleurs chroniques ou d’un chagrin d’amour.

Quel rôle joue le thérapeute ?

Dans le massage métamorphique, le praticien n’a aucun savoir, ni pouvoir. Il ne travaille pas sur une douleur ou une maladie. Il est un catalyseur. C’est l’énergie vitale qui lève les blocages, au rythme du patient.

Au bout de combien de temps survient la métamorphose ?

Parfois, une seule séance suffit; parfois, il en faut plus. En général, sept séances, espacées d’une semaine, permettent «au papillon de sortir la tête du cocon».

 

source Pharmacie centrale Genève

Méthode Grinberg

Pharmacie de la Gare

Nos conseils

Méthode Grinberg: Le corps, un allié étonnant

Nous savons tous intimement que nos maux et maladies ont un sens. Quand le moral ne va plus, on a tendance à somatiser, sans nul doute l’expression des émotions inexprimées ou enkystées dans le corps. C’est justement à lui que s’intéressent les praticiens de la Méthode Grinberg.

L’interaction entre notre esprit, notre moral et nos maladies est largement établie. Mais, généralement, la problématique est abordée en partant de la tête. Certes, l’approche psychologique a fait ses preuves. On parle, on met des mots sur un mal-être, mais, toute libératrice qu’elle est, il reste très facile de se perdre dans nos idées, nos croyances et nos humeurs et elle néglige la scène principale du mal-être : le corps.

Nous considérons souvent celui-ci comme un objet à rendre beau, à remodeler, ou comme un simple outil. Un point de vue limité qui nous amène parfois à le maltraiter en lui faisant suivre des régimes draconiens ou en le poussant hors de ses limites, sans aucun respect. Il devient alors une contrainte, un facteur limitant notre liberté. On ne respecte pas nos douleurs, nos symptômes. On n’apprend pas d’eux. On en veut même à notre corps pour cela. Ainsi, celui-ci finit par être comme anesthésié : on respire peu, on adopte des positions et des comportements routiniers. On reste des heures, voire des jours dans les mêmes humeurs. On se crée des tensions, toujours de la même manière.

Et, pourtant, notre corps se révèle être un allié étonnant quand on le laisse faire. Il ne s’agit pas de mettre de côté notre tête et notre capacité de penser. Mais, face aux limites des approches verbales, il offre une alternative intéressante.
A l’opposé des méandres de l’esprit,il est tangible, simple, réel, concret.

Passer par l’expérience physique  La Méthode Grinberg est un travail corporel qui utilise des techniques de toucher pour développer notre attention au corps. Elle propose donc de passer par l’expérience physique, plutôt que par la parole. Il est rare, en effet, qu’on n’ait plus la capacité d’influencer notre respiration, de bouger nos bras, nos jambes… Et c’est de cela qu’il s’agit : quand on respire à moitié depuis des semaines, il faut simplement recommencer à respirer pleinement ! Le but est de retrouver ses expériences physiques qui sont le propre du corps, ses capacités initiales, ses besoins : liberté de mouvements, d’expressions (rire, pleurer, se mettre en colère…).

Dans leur travail, les praticiens de la Méthode Grinberg guident la personne avec des touchers et des instructions adaptés. Le corps se remet à vivre,
il retrouve sa place, son espace. Il en profite d’ailleurs de manière surprenante
en saisissant et en se créant des opportunités pour se rééquilibrer, se réparer, se nettoyer… Pour autant qu’on le laisse faire. A la grande surprise de la personne touchée, l’esprit se tranquillise alors très souvent !

Pour en savoir plus

Le site officiel de la Méthode Grinberg : www.grinbergmethod.com